Mal dans votre job ?

5 clés en 5 vidéos pour savoir s'il est temps de changer

5 jours pour décrypter ce qui cloche !

5 pistes indispensables à explorer pour avoir moins peur du changement

Offrez-vous ce premier pas vers le changement. 

Dimanche midi. C’est le jour de l’anniversaire de mon fils. Toute la famille va arriver d’un moment à l’autre. Mon loulou est super excité d’avoir ses cadeaux, son gâteau et ses copains qui vont venir jouer avec lui. 

Le téléphone sonne. C’est le boulot. Paul ne peut pas venir travailler. Il faut réorganiser l’équipe de cette après-midi, revoir les objectifs et trouver un remplaçant pour venir travailler un dimanche de fin juillet. 

Résultat je passe plus de 2 heures au téléphone. Les amis et la famille arrivent, je dis bonjour de loin et je m’enferme dans une chambre.

Après avoir réglé le problème, je vais être stressée toute la journée. Cette journée d’anniversaire est gâchée. 

Pourquoi ? 

Parce que je n’ai pas su dire non quand mon collègue m’a demandé de prendre son astreinte de week end pour qu’il puisse partir en vacances plus tôt.

Pourtant, ça semblait évident qu’il fallait dire non !

 

Et vous ça vous arrive de vous retrouver dans des situations super inconfortables parce que vous n’avez pas dit non ?

Comment dire "NON" dans son cadre professionnel

Pourquoi vous n’osez pas dire non ?

Ce n’est pas compliqué pourtant.

NON. Un mot simple, mais que vous n’arrivez pas à prononcer au boulot, ou vraiment dans de très rares occasions.

Qu’est ce qui cloche ? qu’est-ce qui bloque ce “non”, qui l’empêche d’être dit, voire même pensé.

 

Les croyances 

Vous savez les “sois gentille”, “sois polie”, “fais plaisir”…. 

Ces croyances ont été forgées par notre éducation : celle de nos parents, mais aussi l’école et les amis.

Bien souvent notre éducation, nous a appris à  faire plaisir, à faire passer l’autre avant soi. SI vous êtes une femme et une maman, il y a de grande chance que le curseur “pense aux autres avant toi” soit proche du maxi.

 

La peur

Vous ne dites pas non car vous craignez le conflit avec un collègue. 

Vous avez peur de déplaire à votre hiérarchie.

Si je dis non, on va me juger. Je vais culpabiliser : après tout je peux faire un petit (ou gros) effort.

Qu’est ce qu’ils vont dire dans le service ? Que je suis égoïste, pas corporate. 

Bref, ils ne vont plus m’aimer. Argghhh…..

C’est caricatural dit comme ça. Mais la plupart du temps, ces peurs sont inconscientes

 

Le manque de confiance en soi

Si vous manquez de confiance en vous, il y a de grandes chances que vous valorisiez plus le travail des autres que le vôtre. Dans ce cas, pourquoi dire non, puisque pour lui c’est important et pas pour moi !?

Vous pouvez vous retrouver dans des situations où vous pensez que n’avez pas le droit de dire non. Quand votre N+1 vous demande quelque chose, même si vous êtes déjà sous l’eau, vous ne vous sentez pas autorisé à dire non.

Comment dire non au boulot ?

Voyons alors quelques pistes pour savoir dire non dans un contexte professionnel.

 

L’entraînement

Attention, si vous n’avez jamais pratiqué, il n’y a pas de recette magique.😊

Vous n’allez pas devenir la reine du non du jour au lendemain. Il faut vous entraîner. Surtout si vos collègues sont habitués à vous entendre dire “oui bien sûr” d’habitude. 

Vous commencez avec des petits refus sur des trucs sans trop d’enjeu. 

“Non, je ne peux pas prendre le téléphone, je dois finir ma présentation pour midi.”

Puis vous passez à de plus gros non. 

Le non se prépare et se travaille. Encore plus si c’est vis à vis de votre N+1.

 

Listez vos objectifs

La base de la décision, c’est de savoir précisément si on peut ou pas accepter la demande qui nous est faite. 

Pour cela, il faut être au clair avec ce que vous avez à faire et le temps que ça prend.

 

Donc vous devez maîtriser vos objectifs et vos priorités. 

Ils vous permettront de décider rapidement et surtout, d’étayer votre réponse factuellement.

 

Un collègue vous demande quelques chose. Si vous acceptez, vous allez devoir reporter une de vos tâches. Est-ce possible au regard de vos échéances ?

 

Ne pas se justifier ni culpabiliser

Quand je dis ”étayer” ce n’est pas justifier.

Vous expliquez les raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas et c’est tout. 

Ne vous confondez pas en excuse. Cela peut laisser sous entendre à votre interlocuteur, que peut être, il a une chance de vous faire changer d’avis. 

 

Nous avons du mal à dire non car nous avons hérité de tout un tas de croyances (plus ou moins conscientes d’ailleurs) sois sage, sois gentille, sois polie…. 

Aussi quand nous osons enfin dire non, ces croyances se rebellent. Et là arrive la culpabilité. 🙄. “Finalement j’aurai pu le faire” se dit la bonne cocotte qui sommeille en vous. Pour peu que le collègue, à qui vous avez dit non, fasse un peu la tête… et voilà, il ne m’aime plus, J’aurais jamais du dire non !

Entendez-là cette bonne cocotte et rappelez lui que vos besoins ne sont pas moins importants que ceux de votre interlocuteur. 

Vous avez pris votre décision de refus à partir d’informations précises et factuelles. Il n’y a pas de raison objective.de culpabiliser.

avoir dire non au travail - francoise Bourgouin coach de carrière

Demander un délai de réflexion

Si votre N+1 vous demande de préparer une réunion pour dans 3 jours alors que vous êtes déjà débordée, ne répondez pas tout de suite

Si vous dites que vous êtes débordée, c’est un peu court. Il vous demandera “avec quoi ?” et vous n’aurez pas les bons arguments.

Donc prenez un délai de réflexion pour évaluer la demande, mesurer précisément votre charge de travail et préparer vos arguments de réponse.

 

Dire non à son boss est difficile. il faut vraiment être au clair avec son argumentaire. 

 

Le délai de réflexion permettra aussi de faire une réponse “à froid”. De vous concentrer sur le factuel et de quitter le registre émotionnel et affectif.

 

Bien évidement le délai doit être adapté en fonction du type de demande et de l’échéance.

Si c’est juste pour caler une réunion, vous demandez 5 minutes, le temps de consulter votre agenda. Si c’est pour un projet de 6 mois, vous pouvez demander quelques jours de réflexion.

 

Si vraiment vous ne pouvez pas avoir de délai pour donner votre réponse (ça arrive). Donnez-vous un peu de temps pour préparer votre réponse en reformulant à haute voix la demande.

 

Demander à son N+1 de prioriser et de détailler.

Votre boss vous demande de reprendre le dossier bidule et cela vous semble ingérable en plus de votre charge de travail actuelle.

Faites lui votre to-do list et demandez lui de prioriser les missions. Si vous reprenez le dossier bidule, qu’est ce que vous pouvez laisser de côté ou reporter ?

 

Votre chef n’est pas omniscient. Il n’a pas forcément en tête tous les détails de votre activité. A vous de lui rappeler et de demander son arbitrage.

 

N’hésitez pas non plus à demander des détails sur le dossier bidule : qu’est ce qu’il attend de vous précisément ? Cela vous permettra d’évaluer la charge de travail au plus juste.

 

Dites non mais…. proposez une alternative

Nous sommes bien d’accord qu’il est parfois impossible de dire non. Quand la demande émane de votre patron himself notamment.

Dans ce cas, si la demande est vraiment incompatible avec votre charge de travail, proposez une alternative ou décalez votre aide dans le temps. 

“Je ne peux pas aujourd’hui car j’ai ça et ça à finir, mais je te propose telle date.”

“Je ne peux pas aujourd’hui car j’ai ça et ça à finir, mais je vous propose de faire appel à Marion, qui a toutes les compétences nécessaires pour traiter ce sujet. Je me charge du brief si vous voulez.”

 

Mettez les formes et privilégiez la communication directe

Quand c’est possible, évitez de répondre par mail. Allez voir ou téléphonez à votre interlocuteur pour lui donner les motifs de votre refus. La discussion permet de lever les malentendus immédiatement.

 

Dire non n’est pas une fin en soi. 

Si on refuse une demande d’un collègue, c’est qu’il y a une bonne raison. Il convient d’y mettre les formes : 

  • je remercie mon interlocuteur d’avoir pensé à moi
  • j’explique les raisons factuelles pour lesquelles je ne peux pas
  • je propose une alternative, de refaire un point rapidement, une autre date, etc…

 

Fixer des limites

Dire non ne concerne pas que des “grosses” demandes. C’est aussi dire non à toutes les mini sollicitations du quotidien (téléphone, collègue de l’open space, mails, etc…) . Vous savez ces journées où à bientôt 16h, vous n’avez pas avancer d’un iota sur votre préparation pour le lendemain.

 

Dire non c’est aussi savoir s’isoler pour un moment défini pour avancer sur un dossier qui demande de la concentration ou qui est super urgent. 

Définissez un code avec vos collègues ou dites le. Pendant 2h, je ne prends pas d’appel, ou je vais m’isoler dans la salle de réunion pour finir mon diapo.

 

Ces petits non vous aideront à gagner en temps productif.

Pourquoi faut-il dire non dans un contexte professionnel ?

 

Dire toujours oui aux sollicitations des autres, c’est négliger ce qui est important pour nous

Dans un cadre professionnel, vous risquez l’épuisement et la démotivation. 

A force de dire oui à tout, vous allez être débordée et partir dans tous les sens. Au final, vous perdrez votre plaisir au travail.

 

En acceptant tout, parce que vous voulez faire plaisir (#soisparfaite), vous ne vous affirmez pas. Vous faites passez les besoins des autres avant les vôtres. Vous reconnaissez inconsciemment qu’ils sont plus importants que vous.

Tout cela grignote votre confiance en vous et votre self estime.Dire non permet de vous affirmer.

 

Apprendre à dire non n’est pas une posture. C’est juste indispensable pour votre bien être au travail

Savoir dire non permet d’éviter les jeux psychologiques que certaines personnes toxiques mettent en place. Si vos arguments sont factuels et précis, ils ne laissent pas la place à l’interprétation. Il n’y a pas de négociation ou de chantage affectif possible.

 

Savoir dire “non” montre votre professionnalisme : vous maitrisez vos objectifs et vos priorités, vous êtes capables de faire des choix. 

 

Si vous manquez de motivation et que vous avez l’impression de subir votre job, demandez-vous si vous dites suffisamment non ?

Savoir refuser peut être une de clés pour retrouver du plaisir et du sens dans son travail. 

 

Dans tous les cas, savoir dire non fera grandir votre estime de vous et votre confiance. Vous ferez respecter vos limites et vos valeurs.

Alors ça vaut le coup d’essayer non ?

Françoise

Françoise

Coach de carrière

J'accompagne les femmes de plus de 45 ans pour retrouver kif et fierté dans leur job.

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

pour identifier 2 pistes d'amélioration dès aujourd'hui.