Newsletter du 12 Mars 2020

Hello kiffante cake au kaki,

Hier, une nana m’a écrit pour me dire qu’à 50 ans on n’utilisait pas le mot “kif” . 
Et que donc, par le fait de la présente, il fallait que j’arrête de vouloir “faire la jeune” sur mon site web

Suite à ce mail, voici les questions qui me sont venues (après m’être dit qu’elle était sûrement assez vieille pour être sensible au covid 19 !)

Elle m’a écrit car je lui avais demandé son avis (dans le cadre d’un atelier). 

🙈 Morale n°1  : 
Quand tu demandes l’avis de quelqu’un , sois prête à recevoir des trucs qui ne te plaisent pas (sinon demande pas !)
Remballe ta bonne élève (#martinealecole) qui attend sa bonne note et sort Lagertha (une nana qui a accroché un loup et un ours devant sa porte pour voir si son mec était vraiment amoureux). 
Histoire d’être parée à l’éventuelle attaque : lance, bouclier et tout le warrior kit (du coup, je ne suis pas sûre qu’à 50 ans on dise “kit”, peut être “arsenal” c’est mieux ?)

🙊 Morale n°2 :
Est-ce que mon vocabulaire ne me donne pas l’air d’une vieille conne pathétique ? 
Je demande à mes enfants.
Je savais que c’était une mauvaise idée, mais je n’avais qu’eux sous la main dans un premier temps. 
Résultat : “Bah oui, t’es vieille de toute façon”
Merci mes chéris, with love, Mum…

En fait la question, là dessous, c’est l’authenticité.
Est-ce que ça me ressemble vraiment ?
Est-ce que c’est moi qui parle ou est-ce une régurgitation de trucs multi-entendus ?
Une influence ?

Plus largement, quand nous écrivons un texte, un CV, un profil LinkedIn, un article, une lettre (si, si ça existe encore), un sms …. où est l’authenticité ?

Nous recevons des influences de partout. Famille, amis, collègues, médias, réseaux, etc… Des idées inspirantes et des idées qui écoeurent.
Nous digérons, nous transformons, nous rejetons, nous amalgamons. 
Nous créons nos propres filtres. 
Nous imaginons et fabriquons notre propre discours.

Alors oui, après réflexion, je kiffe ce “kif”. 
La badass, qui est en moi, a envie de ce mot pour mes clientes. Envie de ce ressenti, de cette transformation.

Je le garde ce “kif”
Et pis c’est tout.

Merci à cette dame (après 50 ans on dit “dame” ? oui, je suis lourde, je sais), qui m’a donné l’occasion de réfléchir et d’évaluer très précisément ce mot, et derrière lui, ce que je voulais proposer.


Prends soin de toi et aime-toi. 

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

pour identifier 2 pistes d'amélioration dès aujourd'hui.