Newsletter du Publié le 16/07/2020

Hello caracolante cadole ensoleillée,

Je suis fière de t’envoyer ma 48ème newsletter (Dieu que ce mot est mochedouille. Si on disait lettre plutôt ? Je n’ai rien contre l’utilisation de mot anglais. Souvent, c’est plus efficace. Mais là, bof…)

Je m’étais dit que je ferai un bilan à 1 an (donc à la 52ème😉). Mais je suis trop pressée, alors je le fais maintenant. Et oui, le cadre est moi c’est compliqué. Je m’étais dit aussi que les bilans c’est chiant. Preuve qu’il n’y a que les quetsches qui ne changent pas d’avis.

Après ce printemps pour le moins bizarre, frustrant, stressant et sans fin. Je ne sais pas toi, mais j’ai besoin de poser les choses. Histoire de voir si j’ai encore pied.

Et puis je suis en vacances demain. Alors quoi de mieux que de faire le point avant de partir.⛱⛱ (cette phrase est cruche j’en suis bien consciente).

Surtout que j’ai pris une grande décision. Je ne ferai RIEN pendant ces 2 semaines ! Je ne t’écrirai pas pendant 2 jeudis. Autant te dire que c’est comme dire NON à ma mère. Un truc quasi impossible. Et pourtant, j’ai réussi à m’autoriser à m’arrêter.✨✨

Du coup avant cette coupure, j’ai eu envie de re-balayer cette presque’année de lettres hebdomadaires.

La première date du 21 août 2019. Je m’étais dit qu’à cette date je ne risquais rien, tout le monde serait encore en vacances !! Envoyée à 8 personnes, 4 l’ont ouverte. 2 copines, un abonné arrivé là par hasard, je pense, et moi.

Aujourd’hui, cette 48ème atteindra 252 boites mail, et j’espère, pas trop de spam. Beaucoup, ou pas beaucoup, peu importe. Il y a des gens qui me lisent, c’est tout ce qui compte pour moi. Chaque jeudi, je surveille les stats d’ouverture du cru de la semaine comme un candidat un soir d’élection. Quand c’est quelqu’un que je connais je pense à ce qu’elle/il peut en penser.

Il y a les semaines où ça vient tout seul, où les doigts ne vont pas assez vite pour taper. Il y a les idées géniales qui viennent sous la douche et ont filé le temps de se sécher.  Et puis, il y a les semaines où ça ne vient pas. Où j’écris aux copines (et aux copains) que non, cette semaine impossible, rien à dire, c’est trop dur. De toute façon c’est nul. Et puis qui ça intéresse ? Bref les semaines où j’ai besoin de réconfort avant d’écrire. Merci à vous d’être là dans ces moments là 😘😘.

Et puis, il y a les semaines où vous me répondez. Un petit message, une ligne, un mot, un emoji… Et là.. c’est juste whouah ! Du plaisir en intra veineuse. Moi qui ai souvent déliré sur les saladiers de coke qui manquaient trop dans nos comités de direction à la Sécu. Et bien mes saladiers de coke à moi ce sont vos messages ! 

Quand j’ai commencé je me suis demandé si j’aurai des choses à dire toutes les semaines. Puis, si ces fameuses choses allaient intéresser quelqu’un. Puis si ma façon d’écrire était lisible. Puis si mon orthographe aléatoire serait un problème. Puis si je pouvais écrire des gros mots. Puis, puis ….

Et puis, tu sais quoi ? Bah… on s’en fout de tout ça finalement. Les seules choses qui comptent, ce sont l’envie et l’authenticité. 

L’envie de partager des idées, des émotions, des petits bouts de prises de conscience. Sans filtre. Sans se demander si c’est “bien” (je ne sais pas le faire de toute façon !) Sans ajouter de fioriture ou de jargon parce que “ça se fait”. C’est un vrai entrainement. Pas toujours évident d’enlever les couches de vernis qui ne sont pas à nous.

Si tu as envie d’une vie pro plus authentique, avec plus d’envie que de “il faut”. Viens échanger avec moi lors d’une séance découverte. C’est gratuit, ça ne t’engage à rien d’autre qu’à prendre du temps pour toi.

 

Ces vacances seront peut être l’occasion pour toi de renouer avec des envies d’ailleurs professionnel. Avant de les flinguer avec un “oui mais…” va lire le nouvel article sur mon blog.

Prends soin de toi et aime toi.

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites