Mal dans votre job ?

5 clés en 5 vidéos pour savoir s'il est temps de changer

5 jours pour décrypter ce qui cloche !

5 pistes indispensables à explorer pour avoir moins peur du changement

Offrez-vous ce premier pas vers le changement. 

45, 50, 55 ans et plus. Nous sommes seniors. 🙃

Il faut ranger les gens dans des cases. Bah la nôtre c’est celle là.

Je n’aime pas ce mot, mais bon. Je préférerai qu’on me dise : “t’es vieille !” Plutôt que du politiquement correct avec ce mot “senior”.

En plus, on est senior à partir de 45 ans ! Donc si vous vivez jusqu’à 90 ans, vous passez la moitié de votre vie en case “senior”! 🤣 (oui, je suis super forte en calcul !)

Entre 45 et 90 ans, il y a de fortes chances que vous changiez un chouia.

 

Ce qui est moins drôle, c’est qu’une fois que vous vous êtes récupérés l’étiquette “senior”🏴‍, vous avez tous les préjugés et idées reçues qui vont avec. C’est un pack complet. Pas besoin de le commander, on vous le sert gratuitement.

 

Quand vous cherchez un job, le sticker senior, ce n’est pas un coupe file qui vous fait passer devant tout le monde. Pas vraiment !

 

Senior ne veut rien dire. 

Vous avez réussi à décrocher un entretien grâce à votre CV et votre lettre de motivation. 

 

Maintenant il faut assurer à l’entretien pour faire changer d’avis le recruteur sur ce qu’il pense des seniors. 

Vous avez des tellement de choses à valoriser. Mais il faut préparer votre entretien en tenant compte de tous les préjugés qui peuvent être là à votre arrivée dans le bureau. 

Comment bien préparer son entretien d’embauche à 50 ans - Françoise Bourgouin coach de votre carrière après 45 ans

Faire face aux préjugés contre les seniors

Il y a des tas de préjugés sur les profils seniors : pas connectés, pas adaptables, trop chers, etc…

Votre discours doit lever tous ces éventuels points de blocage pour le recruteur. Vous devez valoriser votre expertise et vos compétences en rapport avec le poste visé et pas forcément la longévité de votre carrière.

Un entretien de recrutement est une sorte d’exercice de style, avec ses codes et ses pièges.

Voyons sur quelles questions vous serez attendus et comment valoriser votre senioritude 😉.

 

  • Votre capacité à travailler avec des jeunes ?

argument : longue carrière = collaboration avec des profils très différents. Vous avez certes un savoir faire , mais aussi un savoir être en terme d’intégration. Chaque génération doit respecter l’autre

 

  • Votre mobilité : 

idée reçue : le recruteur peut penser que vous êtes bien installé dans la vie (qui a dit pépère ?) et que vous n’avez pas trop envie de bouger.

argument : c’est tout le contraire. Après un certain âge, il n’y a plus de contraintes horaires avec des enfants petits. La maison est payée ou quasi. Et  après avoir été sédentaires pendant des années, de nombreux seniors ont envie de voir du pays !

 

  • Vos projets professionnels à moyen et long terme : 

idées reçue : certains seniors cherchent un poste pour “attendre la retraite”. Le recruteur veut vérifier par cette question votre capacité à vous investir et votre niveau d’engagement dans ce poste.

argument : le management. Vouloir manager montre que vous êtes prêt à prendre des responsabilité en sus de transmettre vos connaissances et votre expertise. 

Autre réponse possible : votre capacité à vous former et à maintenir à jour vos compétences. Démontrez que vous continuez à actualisez vos compétences : cela prouve que vous n’êtes pas en roue libre sur vos acquis, mais motivé pour vous investir.

 

  • Surqualifiés les seniors? :

idée reçue : vous allez vous ennuyer ou vous allez vouloir piquer le poste du chef !

argument : votre carrière est faite. Vous postulez en toute connaissance de cause parce que le job vous plait. Vous cherchez un environnement moins stressant (mais pas moins investi!). Votre priorité c’est le plaisir d’un travail bien fait, de transmettre, pas de piquer la place de votre chef. (Attention à bien articuler avec la question précédente : votre discours doit rester cohérent). 

Mettez en avant votre humilité, votre goût pour le conseil, plutôt qu’une envie dévorante de promotion.

 

  • Le salaire : 

idée reçue : trop cher le senior !

argument : ne vous bradez pas, vous perdriez en crédibilité. Préparez votre limite basse, mais ne divisez pas votre salaire par 2. Vous comprenez les contraintes du marché et vous acceptez une baisse de 20 à 25% sur votre salaire.

Il est certain que si vous êtes en fin de droit la donne est différente. 

Mais vous pouvez proposez un salaire fixe de 30% inférieur à votre objectif et une part variable en fonction des résultats de l’entreprise. C’est gagnant/gagnant et cela confirme votre volonté de vous investir.

 

  • Le fameux “avez-vous des questions ?”

C‘est l’occasion de vous démarquer des candidats plus jeunes qui sont souvent axés sur des questions pratiques. 

Vous pouvez questionner sur l’éthique et les valeurs de l’entreprise, sur l’environnement de travail. En voulant vérifier si c’est une entreprise qui va vous correspondre, vous montrez votre engagement.

avoir dire non au travail - francoise Bourgouin coach de carrière

Valoriser votre expertise en préparant votre entretien

L’expertise : c’est LE point fort des seniors, alors il faut bien le préparer.

Votre expérience doit mettre en avant votre adaptabilité et votre savoir faire. 

Plutôt que de dire “il y a 13 ans quand j’étais….”, dites “mes 13 ans d’expérience m’ont permis de….”.

Faites le tri dans tout ce que vous avez fait. Après 25 ou 30 ans de carrière, ne retenez que ce qui peut être valorisé dans le poste visé. Ne vous lancez pas dans une liste exhaustive de ce que vous avez fait. Vous risquez de perdre votre interlocuteur. Et en plus, ça peut faire douter de votre adaptabilité.

Soyez concret dans votre discours. Donnez des exemples de réalisations en rapport avec le poste recherché.

Il peut être très précieux de rédiger votre présentation en amont pour soigner votre formulation, peser la portée des mots employés. Cela vous permettra d’avoir un discour plus fluide et percutant le jour J.

 

Attention cependant à ne pas verser dans le côté “donneur de leçon”. A trop vouloir mettre en avant son expertise et sa parfaite maîtrise de son domaine d’activité, on peut paraitre “Je sais tout”, ce qui est catastrophique en terme d’adaptabilité. 

L’exercice de présentation de son expérience est subtil. Il faut trouver le juste équilibre pour chaque paramètre. D’où la nécessité d’une sérieuse préparation en amont. 

Car même si vous pensez maîtriser le sujet à fond, il faut être vigilant à la façon dont on le présente.

Seniors : les atouts à mettre en avant

Je ne reviens pas sur l’expertise, qui est le number one des atouts, à condition de bien le bosser avant.

 

L’adaptabilité 

Plus de 45 ans = pas adaptable. 

Mais au contraire ! 

La richesse de votre parcours vous a confronté à de nombreuses situations. Vous maitrisez à la fois l’opérationnel et le stratégique. Vous savez gérer une problématique à ces 2 niveaux d’intervention.

Vous avez une vision à la fois macro et spécifique. C’est super précieux pour une PME par exemple.

 

L’opérationnalité

De par votre expérience, pas besoin pour l’entreprise qui vous recrute d’investir dans une longue formation à votre prise de poste. Vous êtes opérationnel quasi de suite

De plus, vous connaissez le monde du travail et les codes de l’entreprise.

C’est un gain de temps et un retour sur investissement beaucoup plus rapide pour l’entreprise.  D’autant plus important que la structure est petite.

 

La stabilité

A 50/55 ans, on est rarement un slasheur qui cherche un poste tremplin pour 2 ans, puis s’en ira voir ailleurs.

Actuellement, les entreprises font face à des départ en retraite massifs. Elles sont confrontées à une perte des savoirs faire.

Si vous valorisez votre engagement et votre fidélité pour les 10 ans à venir, c’est rassurant pour le recruteur.

L’âge

Vous avez 50 ans ou plus ? Moi aussi et alors ?

Surtout ne vous excusez pas ! 

Assumez et montrez-le ! 🙂

Trouvez et ventez tous les avantages de votre âge.

Vous ne postulez pas pour courir le 100m, donc l’âge ne retire rien à vos performances. 

 

“L’âge c’est dans la tête” dit-on. Mais c’est aussi dans la posture, dans la façon de s’exprimer, dans la confiance en soi. 

Le recruteur va vous attendre sur la fameuse “connection”. Montrez lui que vous êtes tout aussi connecté que lui, que vos profils sont actifs et pertinents sur les réseaux sociaux.

En bonus, rappelez lui qu’à 50/55 ans, vous avez moins de charges (familiale, emprunt…), donc vous êtes plus ouverts à la mobilité, voire à l’expatriation.

 

Passer un entretien de recrutement est un exercice difficile, quelque soit l’âge.

Le sticker senior ajoute un peu de complexité.

C’est pour cela qu’il faut ABSOLUMENT se préparer. Aller chercher tous les atouts que vous avez pour ce poste.

Mais aussi vous préparez moralement. N’arrivez pas en vous disant, je suis trop vieille, c’est mort. Parce que ça se verra et ça se sentira dans votre discours.

 

Françoise

Françoise

Coach de carrière

J'accompagne les femmes de plus de 45 ans pour retrouver kif et fierté dans leur job.

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

pour identifier 2 pistes d'amélioration dès aujourd'hui.

 

Comment bien préparer son entretien d’embauche à 50 ans - Françoise Bourgouin coach de votre carrière après 45 ans
Comment bien préparer son entretien d’embauche à 50 ans - Françoise Bourgouin coach de votre carrière après 45 ans