fbpx
Newsletter du Juil 2, 2020

Hello estivale festive,

It’s a new day, it’s a new down, it’s a new life, and I’m feeling good….tadam…tadam…

Je viens de quitter pour la dernière fois mon bureau. Il est vide de toutes mes touches perso (je fais partie des gens qui ne peuvent pas vivre dans un endroit sans mettre un poster, une fleur et une bougie qui sent bon). J’ai même enlevé mon nom sur la porte !

Pot de départ, discours touchant, témoignages sympas, je suis au bord de penser que je suis une nana formidable (oui mes chevilles vont bien).
J’espère que je n’ai pas créé un cluster, vu comment on a respecté les gestes barrières !!

C’est intéressant d’observer les réactions que suscite un départ.
Une démission, c’est affirmer son choix, sa liberté de choisir (promis la semaine prochaine je parle d’autre chose. Mais là, c’est trop kiffant, faut que je partage😉)

Il y a ceux qui s’en foutent et te souhaitent un “bonne continuation” la bouche pleine de petits fours, et retournent vite à leur conversation d’origine.

Il y a ceux qui te disent que tu as beaucoup de chance, de courage, genre t’es pistonnée par marraine la bonne fée.

Il y a ceux qui te disent qu’ils aimeraient gagner au loto (j’vois pas trop le rapport, mais bon…😉)

Et puis, hier j’ai une collègue qui m’a littéralement gueulé dessus. Pour me dire que elle, elle ne pouvait pas partir, elle n’avait pas le droit, c’était exclu, interdit, impossible. 
Déjà le ton était ultra agressif . Et les mots ultra négatifs et violents.

J’ai bien compris que cette colère n’était pas contre moi. Mais plutôt dirigée vers son enfermement à elle. Et là je me suis dit : c’est fou ce qu’un coaching pourrait lui apporter. Mais bon. ce n’était pas le sujet.

Quand tu es enfermée dans une situation. Que tu ne vois pas d’issue parce que tu as un paquet de contraintes, de freins, d’obligations qui s’imposent à toi.  La liberté des autres est insupportable. Tu as le sentiment d’être paralysée, piégée.
Le mouvement que te renvoie l’autre est juste inaccessible, semble-t-il pour toi. Ta colère trouve alors un exutoire. Une façon encore de justifier pourquoi toi tu ne peux pas. De le hurler, parce que ça fait moins mal quand on crie.

Voilà ce que j’ai envie de répondre à cette colère. Je te comprends (même si tu me gueules dessus 😉)

j’ai été comme toi . Tellement enfermée, tellement mal que je voulais tout lâcher (vraiment tout) car il ne semblait pas y avoir de sortie.
Aujourd’hui, cette période est derrière moi. 
Le tout tout premier pas pour avancer vers autre chose a été de décider d’apprendre à  m’aimer. Je ne te dis pas que c’est facile (loin de là). Mais c’est juste nécessaire.

Alors si tu ne dois prendre qu’une seule décision aujourd’hui, cette semaine, ce mois-ci : à partir de maintenant je vais apprendre à m’aimer. Comme je suis, sans rien changer. Je vais changer mon regard sur moi.

Si tu trouves le job un peu hard toute seule, si la reconnexion n’est pas évidente, réserve ta séance découverte dans mon agenda. Première action pour toi.
Un miroir bienveillant et neutre peut t’aider à faire tes premiers pas vers toi.

Prends soin de toi et aime toi.

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites