Newsletter du 19 Mars 2020

Hello anticyclonique cyclade,
 
Chère toi qui me lit,
 
Tu es peut-être coincée à la maison avec des enfants qu’il faut occuper et nourrir. Avec un peu de chance, tu as aussi un conjoint en télétravail qui pense que tu es la nouvelle dame de la cantine. 
 
Tu es peut-être, toi même, en télétravail, avec des enfants à la maison. Une connexion internet surchargée où Netflix et Fortnite semblent l’emporter sur tes applicatifs métiers qui rament, rament, rament. 
Et puis l’informatique de ta boîte ne répond plus, vu qu’ils sont en sous effectif et qu’il y a 200 télétravailleurs comme toi, qui les appellent, les supplient ou les agressent. (C’est là que tu es heureuse d’avoir le 06 de Jérôme du service support, avec qui tu as toujours été sympa et qui veut bien te faire une assistance en ligne).
 
Tu es peut-être au boulot comme d’hab (ou presque) parce que tu fais partie des indispensables de la nation. Une ambiance bizarre,  mi-vacances (pour les effectifs), mi-guerre mondiale (pour l’organisation).
Merci à toi.
 
Comment te sens-tu avec ça ?
 
Moi j’adore et j’ai peur.

J’ai peur que des gens que j’aime meurent (c’est bateau, mais autant leur dire).

J’ai peur des gens qui se battent pour remplir leur caddie de lait et de PQ (pas encore compris en quoi le papier toilette est vital. Mais bon, ça doit être moi. On a l’eau courante, l’électricité, toussa toussa, alors la guerre du Moltonel je ne capte pas).

J’ai peur de tuer mes enfants ou qu’ils ne me tuent (ils sont plus nombreux et plus grands que moi) avant la fin du confinement.

Je suis écœurée de la réaction de certains. La crise fait ressortir la réalité de chacun. Parfois elle est moche, très moche, en mode Dorian Gray.

J’ai peur des fakes qui flambent et prolifèrent comme des bestioles toxiques.
 
Mais j’adore que rien ne soit sûr, j’adore le bordel.

J’adore mettre en place de nouveaux modes de fonctionnement à la maison comme au bureau.

J’adore le silence le matin et le chant des oiseaux, plutôt que le bruit de la circulation.

J’adore les nouveaux contacts qui se nouent, les solidarités qui se mettent en place.

J’adore ne pas faire comme d’habitude (sauf les cours pour les enfants, j’ai jamais voulu être prof, je le savais déjà que j’aimais pas !)

J’adore le ralentissement et le silence dans la ville.

J’adore la créativité et les ressources que je découvre ou partage avec chacun.

J’adore regarder le printemps qui arrive et se déploie. Splendide et tellement vivant. Indifférent à notre sort, à nous humains, qui sommes si souvent irrespectueux de notre environnement.
 
Et toi ?
 
Qu’est ce qu’il t’apprend sur toi ce confinement ?
Sur ta relation aux autres? à ton boulot ?
Sur ta relation à toi-même?
 
C’est une occasion de prendre du recul sur son job, de l’exercer différemment, de lâcher prise. Et finalement, il se passe quoi ?
 
C’est un temps pour faire le point sur qui je suis, mes priorités, les choses qui m’animent vraiment. 
 
C’est enfin le moment de mettre en lumière des talents un peu enfouis. De faire éclore des possibilités. De desserrer certains freins bien grippés jusqu’ici.
 
Prends soin de toi et aime-toi. 

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

pour identifier 2 pistes d'amélioration dès aujourd'hui.