#34 – carnet de coach – Tu sais quoi ? … Lâche ! (confinée ep.4)

#34 – carnet de coach – Tu sais quoi ? … Lâche ! (confinée ep.4)

Newsletter du 9 Avril 2020

Hello télétravailleuse télépathe,

Hier j’ai fait 80 km en voiture ! (oui, je sais, trop de la chance !!!)

Belle illustration de la relativité. Il y a 1 mois, ça aurait été sans aucun intérêt (et j’espère que ça va vite le redevenir)
Là, j’ai eu l’impression de vivre un épisode de Walking dead !

Un soleil magnifique, qui aurait du attirer des gens dehors, et pourtant, j’ai traversé des villages vides.
Au bout de 10 minutes dans la forêt, je guettais les zombies qui allaient sortir de derrière les arbres.
Et non… (faut peut être que je me calme sur Netflix, quand même !)

Quand je vois des foules dans des films ou des émissions avec du public, ça me choque. Je me dis immédiatement : “Ah oui c’était avant”

Comme quoi, on s’habitue. Ça ne fait même pas 1 mois. 

La routine commence à s’installer. 

Je ne sais pas toi, mais moi j’ai lâché sur beaucoup de choses.

L’idée d’avoir une maison un peu rangée, 
De faire à manger équilibré, après tout, les Pasta box existent pour une bonne raison. Et puis il faut soutenir l’industrie, non ?!
De tenir mon planning de la semaine.
D’être à jour dans les devoirs de 4ème (on peut remercier les profs qui font quand même consommer du papier et de l’encre, quand tout le monde est en télétravail)
De prendre du recul, du temps pour moi, de poser ma vision à 20 ans
De suivre les réseaux sociaux
De mettre des emojis pour faire joli
D’avoir une ligne éditoriale
D’écrire une newsletter qui soit drôle et intelligente

Pour tout te dire, je suis sur ma terrasse, au soleil,
absolument pas malheureuse,
et je regarde une guêpe qui cherche un coin sympa entre 2 planches pour installer son futur nid et appeler ses copines pour une crémaillère de guêpes.

Tu vois…

J’ai le sentiment que mon cerveau bloque. Il ne s’upgrade plus.
Parce que l’avenir est incertain,
parce qu’il y a trop de paramètres,
parce que ça fait peur,
parce que l’inconnu est partout,
parce qu’il n’y a plus de repère.

Alors sa seule défense (à mon cerveau, pas la guêpe) est de se focaliser sur des choses simples, sur du quotidien.

Je ne sais pas si ça te fais ça aussi ?

Mais franchement, c’est ok.
Chacun gère comme il peut.

J’ai une copine qui a bloqué sa connexion en télétravail car elle a fait 120 tentatives de connexions de suite !

J’ai envie de te dire, comme à elle, lâche l’affaire. Mets ton nez à la fenêtre, et regarde les guêpes.

Prends soin de toi et aime toi plus que jamais.

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

 

 

#33 – carnet de coach – Le monde est stone

#33 – carnet de coach – Le monde est stone

Newsletter du 2 Avril 2020

Hello divine d’Avril,

Micro newsletter cette semaine. 

Je n’arrive plus à écrire.

Quelqu’un m’a récemment rappelé un livre d’Henry Miller où une personne, qui veut devenir écrivain lui dit « Je ne peux pas écrire ». 
Et il lui répond « Si tu ne peux pas écrire, alors écris pourquoi tu ne peux pas écrire. »

Cette période est pour moi un enchaînement de contraintes, de corvées (#ecolelesoiralamaison), qui me vident complètement et génèrent une frustration monumentale.

Priorité aux activités vivrières. J’ai la très grande chance d’avoir un salaire. 

Mais cette activité salariée, que j’ai encore pour quelques semaines, est tellement éloignée de ce que je suis, ce que je veux, que l’exercer à temps plein me vide de toute ressource.
Plus d’idée.

Alors je pense à toi qui es dans un job qui ne te correspond pas ou plus. 
Toi qui te dis que tu restes parce que tu n’as pas trop d’idée pour faire autre chose (pas de passion !!)
Ou pire, parce que tu penses que tu es trop vieille pour changer !
Ou, comme moi en ce moment, parce que c’est un salaire assuré !! (A ce sujet, la banquière qui vit dans ta tête, n’est pas forcement une bonne amie).

Toi qui attends qu’une idée vienne d’un bilan de compétence ou du ciel. Même taux de réussite pour les 2, selon une enquête très sérieuse réalisée auprès de plein de gens par l’institut FCCA45 (“Françoise, coach de ta carrière après 45 ans”)

Je peux t’affirmer que les ressources et les idées sont en toi (comme la force, mais c’est une autre histoire).
Sauf qu’en ce moment tu n’y as pas accès.
Unplugged. 
C’est ce que je vis pendant ce confinement, à mon grand désarroi. 

Alors, si pour toi, ce confinement est un temps plus calme. 
Un moment où tu as du temps pour toi, 
pour bricoler, 
pour tester des activités qui te font envie depuis longtemps, 
pour lire des livres différents de ceux que tu lis habituellement, 
pour faire les choses autrement (un peu obligé !), 
pour découvrir de nouveaux blogs, 
pour renouer avec d’anciennes relations,
pour explorer ta créativité un peu en jachère,

VAS-Y…. FONCE ! 

Laisse toi porter par ton intuition et tes envies. 

Maintenant que ta routine de confinée est quasi installée, lâche-toi (pas que sur la bouffe et l’apéro !)

Qu’est-ce que tu vas expérimenter que tu n’as jamais fait ?

Qu’est-ce que tu vas faire de différent ?

Quitte à vivre une période de folie, vivons-là jusqu’au bout.

Prends soin de toi et aime toi plus que jamais.

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

 

 

#32 – carnet de coach – confinée suite

#32 – carnet de coach – confinée suite

Newsletter du 26 Mars 2020

Hello déconfite confinée,
 
Quid d’une newsletter en ce moment ?
 
On prend tous des précautions oratoires, des “j’espère que tu vas bien”, des airs entendus virtuels, des “prenez soin de vous”…

Impossible de savoir, par avance, comment ton interlocuteur vit cette situation. Même une vieille copine peut te surprendre par une réaction totalement primaire, qu’elle ne maîtrise pas.
Parce que ça va chercher très loin en nous, des choses bien bien enfouies. 

 
Nous vivons un truc qui n’est jamais arrivé, ou du moins pas depuis les temps modernes. Pas de repères, de références.
Mais nous vivons.
Confiné(e)s, certes, mais vivant(e)s.

Vivants, en vie, avec des envies… 

Aussi quid d’une newsletter ?

Est ce que ce que je ne vais pas dire des choses que je vais regretter ensuite?
Je n’arrive plus à prendre de recul.
Tout est nouveau, différent, à adapter, instable.
 
Même si j’ai une grande appétence pour le chaos, sa gestion mobilise une grande partie de mon énergie (les cours de 4ème consomment le peu qu’il me reste et au delà. J’ai déjà dit que je ne voulais pas être prof, et je le redis, et je le redirai toutes les semaines que durera le confinement !)

Mon cerveau est en manque de temps, de vide, de belle choses à voir, lire, entendre.
 
Rien n’est sûr, ni acquis (« le changement c’est maintenant » bah là, ç’est moins drôle finalement….)
 
Alors la seule chose précieuse et qui ne dépende que de nous, que nous avons sous la main actuellement, c’est nous. 😉
Toi, moi…tête, corps et cœur.
 
Alors chère toi qui doute souvent,
qui manque de confiance parfois,
quels incroyables ressources et talents es-tu allée chercher en toi depuis le début de cette crise ?

Pour rassurer, organiser, aider, canaliser, maintenir, développer, contourner, adapter, soigner, convaincre….

Imprime ces moments. 
Qu’ils te servent plus tard pour aller conquérir tous tes sommets.


La vieille autiste, qui sommeille en moi et ne fait jamais la bise, a envie d’embrasser la terre entière.
Alors je t’embrasse et, surtout, prends soin de toi.

Regarde-toi et écoute-toi vivre.   
Vu d’ici, franchement, t’assures ! 😉

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

 

 

#31 – Carnet de coach – Confinée

#31 – Carnet de coach – Confinée

Newsletter du 19 Mars 2020

Hello anticyclonique cyclade,
 
Chère toi qui me lit,
 
Tu es peut-être coincée à la maison avec des enfants qu’il faut occuper et nourrir. Avec un peu de chance, tu as aussi un conjoint en télétravail qui pense que tu es la nouvelle dame de la cantine. 
 
Tu es peut-être, toi même, en télétravail, avec des enfants à la maison. Une connexion internet surchargée où Netflix et Fortnite semblent l’emporter sur tes applicatifs métiers qui rament, rament, rament. 
Et puis l’informatique de ta boîte ne répond plus, vu qu’ils sont en sous effectif et qu’il y a 200 télétravailleurs comme toi, qui les appellent, les supplient ou les agressent. (C’est là que tu es heureuse d’avoir le 06 de Jérôme du service support, avec qui tu as toujours été sympa et qui veut bien te faire une assistance en ligne).
 
Tu es peut-être au boulot comme d’hab (ou presque) parce que tu fais partie des indispensables de la nation. Une ambiance bizarre,  mi-vacances (pour les effectifs), mi-guerre mondiale (pour l’organisation).
Merci à toi.
 
Comment te sens-tu avec ça ?
 
Moi j’adore et j’ai peur.

J’ai peur que des gens que j’aime meurent (c’est bateau, mais autant leur dire).

J’ai peur des gens qui se battent pour remplir leur caddie de lait et de PQ (pas encore compris en quoi le papier toilette est vital. Mais bon, ça doit être moi. On a l’eau courante, l’électricité, toussa toussa, alors la guerre du Moltonel je ne capte pas).

J’ai peur de tuer mes enfants ou qu’ils ne me tuent (ils sont plus nombreux et plus grands que moi) avant la fin du confinement.

Je suis écœurée de la réaction de certains. La crise fait ressortir la réalité de chacun. Parfois elle est moche, très moche, en mode Dorian Gray.

J’ai peur des fakes qui flambent et prolifèrent comme des bestioles toxiques.
 
Mais j’adore que rien ne soit sûr, j’adore le bordel.

J’adore mettre en place de nouveaux modes de fonctionnement à la maison comme au bureau.

J’adore le silence le matin et le chant des oiseaux, plutôt que le bruit de la circulation.

J’adore les nouveaux contacts qui se nouent, les solidarités qui se mettent en place.

J’adore ne pas faire comme d’habitude (sauf les cours pour les enfants, j’ai jamais voulu être prof, je le savais déjà que j’aimais pas !)

J’adore le ralentissement et le silence dans la ville.

J’adore la créativité et les ressources que je découvre ou partage avec chacun.

J’adore regarder le printemps qui arrive et se déploie. Splendide et tellement vivant. Indifférent à notre sort, à nous humains, qui sommes si souvent irrespectueux de notre environnement.
 
Et toi ?
 
Qu’est ce qu’il t’apprend sur toi ce confinement ?
Sur ta relation aux autres? à ton boulot ?
Sur ta relation à toi-même?
 
C’est une occasion de prendre du recul sur son job, de l’exercer différemment, de lâcher prise. Et finalement, il se passe quoi ?
 
C’est un temps pour faire le point sur qui je suis, mes priorités, les choses qui m’animent vraiment. 
 
C’est enfin le moment de mettre en lumière des talents un peu enfouis. De faire éclore des possibilités. De desserrer certains freins bien grippés jusqu’ici.
 
Prends soin de toi et aime-toi. 

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

 

 

#30 – Carnet de coach – ça, c’est vraiment moi !

#30 – Carnet de coach – ça, c’est vraiment moi !

Newsletter du 12 Mars 2020

Hello kiffante cake au kaki,

Hier, une nana m’a écrit pour me dire qu’à 50 ans on n’utilisait pas le mot “kif” . 
Et que donc, par le fait de la présente, il fallait que j’arrête de vouloir “faire la jeune” sur mon site web

Suite à ce mail, voici les questions qui me sont venues (après m’être dit qu’elle était sûrement assez vieille pour être sensible au covid 19 !)

Elle m’a écrit car je lui avais demandé son avis (dans le cadre d’un atelier). 

🙈 Morale n°1  : 
Quand tu demandes l’avis de quelqu’un , sois prête à recevoir des trucs qui ne te plaisent pas (sinon demande pas !)
Remballe ta bonne élève (#martinealecole) qui attend sa bonne note et sort Lagertha (une nana qui a accroché un loup et un ours devant sa porte pour voir si son mec était vraiment amoureux). 
Histoire d’être parée à l’éventuelle attaque : lance, bouclier et tout le warrior kit (du coup, je ne suis pas sûre qu’à 50 ans on dise “kit”, peut être “arsenal” c’est mieux ?)

🙊 Morale n°2 :
Est-ce que mon vocabulaire ne me donne pas l’air d’une vieille conne pathétique ? 
Je demande à mes enfants.
Je savais que c’était une mauvaise idée, mais je n’avais qu’eux sous la main dans un premier temps. 
Résultat : “Bah oui, t’es vieille de toute façon”
Merci mes chéris, with love, Mum…

En fait la question, là dessous, c’est l’authenticité.
Est-ce que ça me ressemble vraiment ?
Est-ce que c’est moi qui parle ou est-ce une régurgitation de trucs multi-entendus ?
Une influence ?

Plus largement, quand nous écrivons un texte, un CV, un profil LinkedIn, un article, une lettre (si, si ça existe encore), un sms …. où est l’authenticité ?

Nous recevons des influences de partout. Famille, amis, collègues, médias, réseaux, etc… Des idées inspirantes et des idées qui écoeurent.
Nous digérons, nous transformons, nous rejetons, nous amalgamons. 
Nous créons nos propres filtres. 
Nous imaginons et fabriquons notre propre discours.

Alors oui, après réflexion, je kiffe ce “kif”. 
La badass, qui est en moi, a envie de ce mot pour mes clientes. Envie de ce ressenti, de cette transformation.

Je le garde ce « kif »
Et pis c’est tout.

Merci à cette dame (après 50 ans on dit “dame” ? oui, je suis lourde, je sais), qui m’a donné l’occasion de réfléchir et d’évaluer très précisément ce mot, et derrière lui, ce que je voulais proposer.


Prends soin de toi et aime-toi. 

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

 

 

#29 – Carnet de coach – La supervision

#29 – Carnet de coach – La supervision

Newsletter du 5 Mars 2020

Hello giboulesque jonquille de Mars,
 
J’ai commencé une première version de cette newsletter où je te racontais ma life au jardin 🌱, la tempête qui a arraché ma clôture et un truc avec Scarlett Johanson, qui n’a pas de bottes de jardin rouges. La pauvre. 
 
Je tournais autour du sujet.
Tranquille.

Je bavardais pour ne pas aller voir le vrai truc.

Je me suis fait un thé.
J’ai checké mes mails.📧
Je suis allée ouvrir au chat.🐱
J’ai pris un carré de chocolat.🍫
J’ai refait du thé.
J’ai traîné sur FB.🔵
J’ai re-ouvert au chat.🐱
J’ai réglé ma chaise de bureau ⚙ (incommensurablement trop basse pour pouvoir écrire).
J’ai cherché des émojis 🔎 (travail de fond important pour tout bon texte)
 
Ça te le fait  aussi ?😉

Procrastination, my 🧡 friend.
Je signale que le chat est le meilleur ami de la procrastination (entrer, manger 2 croquettes, sortir, faire le tour du jardin, entrer, manger 1 croquette, canapé, bailler, manger 2.5 croquettes, sortir, boire l’eau d’une flaque, rentrer, ….cat’s life 
🐱)

Ecoute ta procrastination. C’est le titre d’un de mes articles de blog. Pour une fois, j’ai appliqué ce que je dis. J’ai écouté.
Cette jolie procrastination m’a soufflée que le vrai sujet était ailleurs. 
 
Alors je me lance. Après tout, je veux cette newsletter sans filtre. Un partage sincère et authentique.
 
Ça fait plusieurs semaines que je sens que ça cloche, que ça raccroche avec mon activité de coaching.
Je finissais même par me demander si je ne m’étais pas trompée de projet . 
Mais beaucoup trop peur d’aller voir par là.
 
Alors je me suis dis que c’était de la fatigue.
Comme que je travaille encore comme salarié à côté, je suis une pauvre cocotte fatiguée.
Je me suis dit que je gérais mal mon énergie. Pis voilà…

Du coup :
énergie 
bof  fatigue ➡ vision négative ➡ motivation dans les chaussettes (ouf, j’avais mon explication !)
 
Sauf que là je suis en vacances et après quelques grasses mat’ et une après-midi dans le jardin en bottes rouges, je ne peux plus me servir l’excuse de la fatigue. 🤔 

Et ça cloche toujours. Pfff….
 
Alors, je me suis faite superviser sur mon activité de coaching pro. “La supervision c’est la vie” m’a dit une copine. Et oui, je confirme.
 
Ce qui clochait m’est apparu en sortant de ma séance de supervision. Pendant que je me congelais gare de l’Est en attendant le train. (Le rôle du froid dans la prise de conscience n’est pas encore clairement démontré 😊).

Alors voilà…
Depuis le début, j’ai défini une cible (niche) pour mon activité de coaching : “femmes 45 ans et plus”.

Il faut avoir une cible en marketing. Parler à quelqu’un. Tout le monde le dit. Et moi j’étais super fière d’avoir ma niche.

En fait, je me sens hyper enfermée et limitée. 
Cette cible n’est que l’expression de ma peur, de mon manque de confiance en moi (vu que cette cible c’est moi 😉).

Même si la cause des femmes de 50 ans au boulot me tient vachement à cœur, je n’ai pas envie de me limiter à ça. 

Je ne veux plus dire à un mec : “Bah non, tu ne PEUX pas être mon client « 
 
Je me rends compte à quel point ce discours et ce positionnement étaient ceux de ma trouille en fait. 
 
C’est quoi un entrepreneur débutant qui dit NON aux gens qui le sollicitent ?
 
J’ai envie d’accompagner les gens qui me touchent. Comme cible marketing c’est moyen, mais je vais affiner 😉.
 
Alors voilà, je me retrouve au milieu d’un joyeux bordel (mais j’aime ça).
Avec un site web et des cartes de visites orientés vers les femmes de 45 et +. Pour l’instant, je ne change rien, je laisse infuser le truc. 
 
Mais je me sens incroyablement mieux !!! 
 
Si je ne dois retenir qu’une seule chose de cette NL assez décousue, c’est :
Autorise toi à changer d’avis !
Quelque soit le projet.
L’important c’est d’être toi. (Je sais, ce n’est pas original. Mais c »est super chaud à faire en vrai 😉 !)

Le seul projet valable, c’est celui qui part de toi. Celui qui est à ta taille, sur mesure.
En la matière, il n’y a que la haute couture qui vaille la peine. 

Prends soin de toi et aime-toi. 

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites