Newsletter du 11 Juin 2020

Hello étonnante detonante magicienne du quotidien,

J’en ai déjà parlé ici, mais pour celles qui ont loupé l’épisode, je rappelle que je suis en pleine démission de mon adorable et indispensable administration française.

Et là… j’avoue, je suis au taquet de l’exaspération. Alors je partage. Tant pis pour toi.

A 18 jours d’arrêter, pourquoi prendre les choses si à cœur ?

Parce que je ne sais pas être autrement.
Parce que si j’étais blasée, ça voudrait dire que ce job m’a changée, usée.

Que dire d’un N+1 qui te zappe de la liste de diffusion des mails 1 mois avant ton départ (faudrait pas gâcher…) ?

Que dire d’une hiérarchie qui ne prend même pas le temps de te passer un coup de téléphone pour accuser la réception de ta dem?’
La même hiérarchie qui ne s’est pas déplacée pour le deuil d’une collaboratrice de 30 ans.

Que dire d’une politique QVT, où il faut 2 devis (minimum) de la boulangerie pour avoir droit à des croissants dans les moments de convivialité (T’as qu’à voir la tête de ma boulangère à 7h le mat’ quand tu lui demandes un devis pour 10 croissants). 
Du coup j’ai laissé tomber les croissants, on est passé au rouge et au saucisson, avec, des fois, du ratafia maison (genre qui peut rendre aveugle, tu vois). Quitte à faire des trucs interdits….autant se lâcher.

Que dire de cette expérience pro ?

Qu’il y a eu des très belles choses. 
Que j’ai participé à de supers projets, qui ont facilité la vie des gens.
Que j’y ai fait de belles rencontres.
Qu’elle m’a laissé le temps de trouver ce que je voulais faire quand je serai grande. 
Qu’elle m’a donné l’envie de la quitter (et qu’elle l’alimente en continu 😂)

Alors  quand j’entends des collègues qui comptent les années jusqu’à leur retraite. Qui calculent et recalculent les trimestres. Qui disent: “moi j’m’en fous j’attends la retraite”.
 
Ca me rend dingue. 
Tu t’en fous de quoi ? 
De ton boulot ? ok si tu veux.
 
Mais surtout tu t’en fous de toi, de ta vie. 
C’est quoi ce truc de passer 5 ou 10 ans de sa vie à faire de la merde, à devenir aigrie, négative, fermée et à attendre.
 
Attendre quoi d’ailleurs ?
Ils ont l’impression d’être intouchables. Aucune prise sur eux. Rien ne les fera bouger. 
 
Mais ils gagnent quoi dans l’affaire ? L’ennui, la rigidité, la frustration.
Ils ont l’impression de lutter contre un système ? Il a bien moins à perdre qu’eux le système.
 
Alors oui, ça fait peur d’aller voir ailleurs.
Surtout quand on te répète qu’à 50 balais, t’es trop vieille, pas adaptable, limite périmée.
 
Mais tout vaut mieux qu’attendre.
Attendre et subir une organisation qui ne te convient plus. 

Alors voilà, ciao bye.
Mon poste ne sera même pas remplacé (touche finale).

Je fonce vers des cieux où l’éthique et la déontologie ne sont plus des freins mais des piliers sur lesquels s’appuyer pour avancer.
Je vais travailler avec des nanas qui ont envie de mieux, de prendre leur place.

Et tu sais quoi ?
Je kiffe.
Je chérie cette colère qui m’anime encore.

Un kif comme ça ! (Le bonheur d’avoir été enfant dans les 70’s )

B

Françoise Bourgouin - coaching de carrière

Vous avez envie de changement mais vous ne savez pas trop par où commencer ?

Réservez dès maintenant votre séance découverte.

30 min de coaching gratuites

pour identifier 2 pistes d'amélioration dès aujourd'hui.